L’escalier

November 7, 2011  by Chrystian Guy  •  Chrystian Guy

Le chemin vers mon bureau est agrémenté d’un large escalier que j’emprunte si l’envie de faire un minimum d’exercice physique me prend ou si l’émulation de suivre mon patron sportif m’y oblige.

Mais pour descendre, c’est mon passage préféré. D’abord parce que je n’y rencontre presque jamais personne. Ensuite parce que cela m’oblige à ne faire qu’une seule chose: partir. Sinon c’est le rituel du courriel dans l’ascenseur. Le petit appel supposé ne prendre que 3 minutes qui s’étire jusqu’à la voiture, voire la maison. Ou encore la révision d’un document génératrice d’anxiété inutile.

Juste avant de fermer la porte
Je me demandais ce que j’oubliais
J’ai touché à toutes mes poches
Pour comprendre que ce qui me manquait
C’était ni ma guitare, ni un quelconque médicament
Pour soulager quelques souffrances ou pour faire passer le temps

— L’escalier, Paul Piché

Cet escalier donc est mon passage d’un état à l’autre. Ma quarantaine entre mon moi affaires et mon moi familial et vice versa. Comme les alpinistes sur l’Everest, je monte vers le travail, mais je redescends toujours au campement. Équilibre et mesure.

 

Leave a comment