Le jour du Souvenir

November 11, 2011  by Chrystian Guy  •  Chrystian Guy

Ottawa, le monument à la Première guerre mondiale.

Le frère de mon Amoureuse est militaire et a combattu en Afghanistan. Il a vu des choses, belles et laides, qu’il n’est pas possible d’imaginer pour le commun des mortels.

À la fin de son dernier tour au front, j’avais essayé de prêter des mots à ses sentiments alors qu’il s’apprêtait à revenir à la maison pour de bon. En ce jour du souvenir, je les réédite ici.

L’adieu à Kandahar.

comme le sable qui s’écoule entre mes doigts
comme la vie
ce sable qui salit mon visage aussi
burinant de ses assauts des souvenirs aux crevasses profondes
comme les larmes qui sillonnent mes joues de joie
de peine
dessinant maladroitement
les lignes de vies de mes compagnons endormis
je pars de nulle part sans vraiment arriver ailleurs

j’ai tant regardé ce soleil d’Orient
caressant les dunes qui ont vu le sang de notre sacrifice
que j’en suis venu à oublier sa vraie couleur

il y aura toujours dans ma mémoire
ces teintes rougeâtres de crépuscule qui ont accompagné
mes hommes dans la nuit sans retour

je reviens comme je l’avais promis
comme j’ai tenu mes autres promesses
coupable d’une chance que je n’ai pas pu partager
avec tous

je garderai pour moi ces fantômes

comme le sable chaud
mon coeur s’égraine
comptant les secondes désormais
qui me séparent de ceux que j’aime
mes enfants
ma femme
ma famille
peuvent dormir en paix cette nuit

je dors déjà d’un sommeil sans nom
l’amour des miens me porte
adieu Kandahar
tu ne sauras peut-être jamais mon nom
mais ton sable palimpseste se souviendra de nous

Leave a comment