Le piano de Gabrielle

May 27, 2012  by Chrystian Guy  •  Chrystian Guy

Gabrielle Guy, pianiste, ma nièce.

Gabrielle est née le 19 mars 1997, dans l’après-midi. Il faisait froid, mais un rayon de soleil était venu discrètement saluer son arrivée. Elle est la première de sa génération dans notre famille. C’est ma nièce et il y a toujours eu un lien spécial entre elle et moi.

Le temps aura voulu qu’elle développe un goût, mais aussi des aptitudes exceptionnelles pour la musique. Très jeune, elle nous entonnait des chants qui n’étaient pas de son âge, dans une langue qu’elle ne comprenait pas encore tout à fait. Et nous étions éblouis et émus.

Ses parents ont fait des sacrifices importants pour l’envoyer dans des écoles de qualité et lui procurer l’instrument qui la ferait se développer: un piano d’appartement, assez bon pour pratiquer.

Et pratiquer, c’est ce qu’elle a fait tous les jours depuis. Gabrielle aura hérité de la persévérance de son père. Chaque fois que je vais la visiter, j’entends son piano retentir par les fenêtres de la maison de sa mère.

Hier, c’était son concert de fin d’année. Nous sommes arrivés à la maison plus tôt que prévu et, en ouvrant la porte de l’auto, nous avons entendu le nocturne #2 de Chopin qu’elle répétait. Nous avons applaudi à sa fenêtre et son rire dilettante éclata comme si ce qu’elle venait d’accomplir était facile et sans importance. Gabrielle a ce don de tout faire paraître facile. Mais je sais qu’il y a des milliers d’heures de pratique pour supporter son talent.

Avant de nous faire son nocture de Chopin, Gabrielle et sa consoeur Kamille avaient préparé un arrangement pour quatre mains de la pièce The Heart Asks Pleasure First de Michael Nyman, tiré du très beau film La leçon de piano (The Piano). Les deux adolescentes ont travaillé toute l’année pour réaliser cet arrangement. Les mains qui s’entre-croisent, le rythme qui devait être maintenu, la chimie entre les deux pianistes partageant le clavier… Pas une fausse note, pas une hésitation et, à la dernière mesure, ce sourire content de Gabrielle qui savait ce qu’elles venaient de faire. Elle se tourne discrètement vers Kamille; le sourire était pour elles, pas pour nous qui applaudissions déjà. Une des plus belles choses que j’ai vues.

Le piano, l’instrument, est peut-être le plus grand cadeau que ses parents ont su lui faire. Mais le piano de Gabrielle est un des plus beaux que la vie m’ait offert.

 

Comments:

  • Marie-Josée 27/05/2012 at 09:38

    WOW!Ce que tu as écris est très beau Chrystian. Gabrielle ( même si je ne la connait pas) a dû être émue en lisant ceci , Bonne journée, Marie

  • Daniel 27/05/2012 at 10:50

    Voir un enfant grandir et participer par ses efforts à la beauté du monde. On est sur terre pour quelque chose.

  • Chrystian Guy 27/05/2012 at 12:50

    Marie-Josée, Daniel, merci pour vos beaux commentaires… 🙂

  • Gabrielle Guy 27/05/2012 at 15:21

    Merci beaucoup cricri, ça me touche énormément!

    il n’y a pas d’autre mots que ceux que tu as su trouver pour tout décrire cette passion, merci!

    je t’aime fort et à jamais,
    gaby

Leave a comment